Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Actualité

Conçu par des psychiatres, ce chatbot vous aidera à affronter l’angoisse des fêtes de fin d’année

Téléchargée plus de 230 000 fois, l’application « Mon Sherpapa Noël » propose des activités pour faire face aux contrariétés des fêtes.

La perspective de vous retrouver en famille autour de la table de Noël vous donne de l’urticaire ? Pour vous aider, la plateforme de téléconsultation Qare propose « Mon Sherpapa Noël », un chatbot conçu par des psychiatres et présenté comme un outil pour survivre aux fêtes de fin d’année en famille. 

Comment rester bienveillant face à un membre de sa famille qui se montre ouvertement réfractaire à votre style de vie ? Comment aborder des sujets comme la politique ou le vaccin anti-Covid entre la dinde de Noël et la bûche glacée tout en restant calme ? C’est à ces questions que tente de répondre le chatbot « Mon Sherpapa Noël ». 

Co-créée par la psychiatre Dr Fanny Jacq (directrice santé mentale de Qare) en collaboration avec des chercheurs du CNRS et de l’Institut du Cerveau (ICM), l’application identifie le profil de l’utilisateur, puis propose un suivi personnalisé en fonction de l’évolution de son humeur et de ses émotions. Elle est disponible toute l’année sous le nom « Mon Sherpa » et a donc été spécialement customisée pour aider les utilisateurs particulièrement anxieux à l’idée de célébrer les fêtes de fin d’année en famille. 

Téléchargée plus de 230 000 fois, l’application « Mon Sherpapa Noël » propose des activités pour faire face aux contrariétés des fêtes de fin d’année. Coaching pour gérer les pensées anxieuses ou adopter une attitude bienveillante envers soi-même… Des exercices basés sur les thérapies comportementales et cognitives et axés autour de la pensée positive sont également proposés à travers l’application. Le programme a été conçu à partir de conseils rédigés par des psychiatres, psychologues et assistantes sociales. 

Une initiative qui peut faire sourire, mais qui correspond pourtant à un phénomène bien précis : celui de la natalophobie, soit un véritable mal-être à l’idée de célébrer les fêtes de fin d’année en famille. Les causes qui déclenchent la natalophobie sont nombreuses : dépression saisonnière, conflits familiaux, deuil, difficultés financières, pression des cadeaux… Mais aussi la tristesse des personnes qui, à l’inverse, se retrouvent contraintes de célébrer les fêtes en solo. Un phénomène particulièrement accentué cette année avec le regain de l’épidémie de Covid-19.

Pour celles et ceux qui hésitent encore à franchir la porte de la maisonnée familiale ce week-end, la Dre Fanny Jacq préconise d’y aller à son rythme ou d’opter pour les compromis, par exemple en annonçant que l’on vient uniquement pour le dessert. En gardant bien en tête que les fêtes de fin d’année ne devraient pas être synonymes de souffrance : « Si fêter Noël en famille semble vraiment insurmontable, je conseille carrément de ne pas y aller », tranche la psychiatre.

Quant aux personnes qui, à l’inverse, dépriment à l’idée d’être seules, la Dre Jacq recommande au contraire de « ne pas hésiter à demander à un ami ou une autre personne de passer le réveillon en sa compagnie ». Même si cela implique de s’y prendre à la toute dernière minute…

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page